Retour aux actualités
Article suivant Article précédent

Communautés GEMAlumni autour du monde : ce qu’ils retiennent de cette crise

Actualités internationales

-

02/07/2020

A l’heure où le monde hésite entre confinement et retour à une vie économique plus soutenue, nous avons demandé aux animateurs des communautés de diplômés dans les différentes régions du monde leur retour personnel sur l’impact de cette crise sur eux, leurs modes de vie et de travail, leurs communautés. Nous vous proposons ce recueil de courts témoignages sur ce qui les a marqués.


Paolo Cervera, GEM MSc 2018, GEM Alumni in Dubai 
Manager of Innovation and Future Foresight Consulting at Bnsights

En tant que pays fortement dépendant du pétrole et du tourisme, la pandémie de Covid-19, associée à la chute des prix du pétrole, a eu un impact majeur sur les Émirats arabes unis. 

Les mesures strictes de verrouillage de 4 semaines qui ont été imposées à Dubaï et aux Émirats arabes unis ont paralysé la demande et les entreprises, tandis que la confiance des consommateurs a été gravement affectée et mettra du temps à se rétablir. Dubaï dépend spécifiquement de l'hôtellerie, du tourisme, des divertissements, de la logistique, de l'immobilier et de la vente au détail, qui sont tous des secteurs touchés par la pandémie dans le monde entier. De nombreuses entreprises auront besoin d'un soutien supplémentaire du gouvernement pour se maintenir à flot et pourraient ne pas survivre jusqu'à la fin de l'année. 

Il est compréhensible que les entreprises soient en difficulté durant cette période compliquée, et seules celles qui ont fait preuve d'agilité et ont commencé à changer leur façon d'approcher les affaires dès le début montrent des signes positifs de survie.

La communauté des anciens de GEM, comme de nombreux expatriés à Dubaï, a vu quelques-uns de ses membres rapatriés ou quitter Dubaï pour d'autres destinations. En raison de la pandémie, les GEM Alumni GET-Together trimestriels ont été suspendues pour le moment, mais nous avons vu les membres des anciens se rassembler et se soutenir mutuellement en partageant les opportunités d'emploi, leur réseau et les informations sur le bien-être personnel et professionnel. 

La communauté des diplômés à Dubaï se réjouit des jours meilleurs à venir, de la croissance de notre communauté et espère que les nouveaux membres trouveront des opportunités aux EAU.  


Shweta Berry, GEM 2006, GEM Alumni in New Delhi
Director Marketing & Head of Strategic Alliances- Industry & Academia, Marcom and CSR at Aeris Communications

Pour notre génération, la crise de Covid19 est sans précédent et écrasante ! Après avoir connu un décès dans la famille à cause de Covid19, et un autre membre de ma famille luttant pour sa vie à l'hôpital, je dois dire que la vie a vraiment changé sur tous les fronts !

Alors que le gouvernement et les fournisseurs de services essentiels travaillent 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour combattre cet ennemi invisible, il nous incombe vraiment d'assurer notre propre sécurité et de faire de la prévention jusqu'à ce qu'un vaccin soit disponible sous forme de médicament en vente libre. 

Sur le plan commercial, comme je travaille pour une entreprise technologique mondiale, nous sommes habitués à travailler avec des équipes situées à distance. Cependant, en raison du verrouillage national et de la FMH, la frontière entre le "temps de travail" et le "temps pour moi" a commencé à s'estomper. Les premières semaines ont été stressantes. J'aimerais partager des choses qui m'aident à faire face à la "nouvelle normalité" : 

1. Prendre soin de soi 

Avec la méditation, les chants et les exercices de respiration, deux fois par jour pour le bien-être mental ; et, manger des aliments nutritifs riches en vitamines et en protéines, boire beaucoup d'eau, marcher et dormir au moins 7 heures par jour, pour garder le corps en forme. 

2. Garder l'esprit occupé 

Avec le travail de bureau et les passe-temps. En tant que spécialiste du marketing technologique et de la communication et stratège de contenu, je produis beaucoup de contenu techno-business pour les parties prenantes internes et externes, ainsi que pour la couverture médiatique. Cela nécessite une lecture et une analyse intensives ainsi que la production d'un contenu pertinent, afin de garder l'esprit occupé de manière productive. La cuisine fusion et l'expérimentation de nouvelles recettes m'ont permis de réduire considérablement le stress. 

3. Contribuer de manière significative 

J'ai partagé des connaissances sur la technologie, le développement des compétences et l'avenir de la main-d'œuvre lors de séminaires en ligne organisés par des forums industriels et universitaires, j'ai encadré des leaders d'opinion et des étudiants et j'ai régulièrement interagi avec eux. J'ai également apporté mon soutien à la collecte de fonds pour deux ONG -

 a. La SUTRA (sutrahp.org) dans l'Himachal Pradesh a besoin de fonds pour fournir de la nourriture et des aliments aux enfants des travailleurs migrants, aux femmes enceintes et aux personnes âgées qui n'ont pas de carte de rationnement pour obtenir l'aide du gouvernement. Elle distribue quotidiennement un œuf dur, une banane et un comprimé de vitamine C à plus de 80 enfants dans l'Himachal Pradesh. 

b. ANTARA Global (http://antaraglobal.org/) à Kolkata, qui gère un hôpital pour les patients souffrant de maladies mentales, de toxicomanie et d'alcoolisme. Ils sont gravement touchés par Covid19 et le cyclone dévastateur Amphan, et ont besoin de fonds pour réparer les infrastructures et ajouter des lits supplémentaires pour le nombre croissant de patients souffrant de traumatismes et de problèmes mentaux ! 

4. Maintenir un réseau fort 

a. Le réseau des anciens de GEM en Inde est devenu plus soudé pendant cette crise. Les membres ont fait plus que partager des vœux d'anniversaire et des mises à jour sur le bien-être de chacun. Nous utilisons désormais le groupe WhatsApp & Facebook pour publier des offres d'emploi, de nouvelles opportunités, échanger des mises à jour sur l'industrie, des liens vers des webinaires et partager régulièrement des connaissances et des expériences. 

b. Un autre aspect important est de rester en contact avec les membres de la famille et les amis par le biais d'appels vidéo, de skype et de WhatsApp. 

Je crois que le point positif dans ces sombres nuages de Coronavirus est que nous avons eu la chance d'arrêter de courir et de faire de l'introspection, de commencer à prendre soin de soi et de sa famille de manière holistique et de maintenir un style de vie équilibré. Nous souhaitons à tous une bonne santé et une forte immunité. 



Beatrice Mayence, GEM PGE 2002, GEM Alumni in Sao Paulo,
Head Of International Business Development at Michelin Fleet Management/Sascar

Contexte : Le Brésil est entré dans la pandémie en même temps que l'Europe, la seule différence étant que les autorités locales ne prenaient aucune décision sur le maintien ou non de la quarantaine. D'un jour à l'autre, nous disons au revoir à nos collègues sans savoir quand nous reviendrons et sans instructions claires de notre gouvernement. Dans ce contexte, les entreprises ont dû se réinventer pour traverser cette crise et maintenir leurs activités.

Sur le plan culturel, le contact physique est très important, il fait partie des codes et régit la vie personnelle et professionnelle. Soudain, nous avons mis un mur virtuel dans nos échanges et nos relations professionnelles qui n'a guère ébranlé notre modèle relationnel. Comment faire face à un monde où il est impossible de lire les émotions de quelqu'un ou de partager des moments et de l'espace ? 

En tant que responsable d'une équipe multiculturelle, j'ai pu constater l'impact sur la plupart des pays d'Amérique latine, à des degrés divers. Voici les 4 piliers qui nous permettent de continuer : 

1. Adopter la technologie

Il y a des limites physiques, nous devons donc créer de nouvelles façons de partager - En quelques jours, nous maîtrisions tous les "nouveaux outils" pour construire les ponts dont nous avons besoin pour continuer à travailler. Les Brésiliens sont très ouverts et orientés vers la technologie, ce "sixième sens" naturel apparaît très vite et clairement. La pause café virtuelle, les déjeuners, la pause café sont apparus dans ce nouveau panorama. 

2. Autonomisation des équipes

Dans ce contexte, chacun a besoin d'être rassuré et joue également un rôle important dans la dynamique de l'entreprise tout entière, pour établir un environnement de travail virtuel "serein". Nous devenons tous des agents du processus de changement à la vitesse de la lumière, inspirés par un leadership puissant. 

3. De nouvelles compétences 

Comme dans toute crise, les talents se révèlent et les équipes s'adaptent à de nouveaux scénarios en acquérant de nouvelles compétences ou en laissant les compétences existantes prendre plus de place :

  • L'écoute active
  • Être plus efficace en termes de temps 
  • Créer de nouvelles façons de communiquer 
  • Travailler dans un climat de grande incertitude 
  • Créativité 

4. La communication et la transparence

Ce sont des éléments clés pour aider les entreprises à traverser les crises. Nous apprenons encore, mais nous sommes impatients de nous retrouver. Nous emportons maintenant aussi avec nous cette expérience qui conduit à plus de questionnement : Que portons-nous avec nous ? Restons-nous à la maison ? Comment créer une culture d'entreprise, une dynamique, un sentiment d'appartenance si nous ne sommes pas physiquement ensemble ? 


Magali Morisot, GEM PGE 2018-MIB 2017, GEM Alumni in Montreal
Montreal Information Technology & Services Consultant at BDO Canada

Le confinement m'a permis de passer plus de temps sur mes loisirs, là où le temps de trajet avait tendance à les réduire!

Plus de temps pour: faire du sport, redéfinir mes objectifs professionnels et personnels. 

Cela m'a donné l'opportunité de réfléchir à des choses nouvelles que j'aimerais faire dans la vie, notamment en lien avec un mode de vie plus durable. La période actuelle a encore prouvé qu'il est urgent de l'instaurer dans nos quotidiens. 




Caroline Hincelin Vouters, GEM PGE 2011, GEM Alumni in Lille
Responsable Développement Commercialisation offres de formation chez CEPRECO Formation CCI Hauts de France

Le 17 mars 2020, tous les projets personnels et professionnels ont été stoppés du jour au lendemain. Les projets de voyage ont dû être reportés.

 Il a fallu trouver une nouvelle organisation de travail très rapidement. Ici, avec 2 enfants en bas âge nous avons dû nous adapter, changer nos horaires de travail, travailler différemment. 

A Lille, les rues étaient désertes. Chacun sortait simplement pour faire ses courses. Nous en avons profité pour se préparer de bons petits plats et faire du sport à la maison. 

Maintenant, la vie reprend son cours. Nous avons retrouvé amis, famille et le chemin du bureau. 

Nous nous souviendrons longtemps de cette période si particulière. Pendant laquelle nous avons vu grandir nos enfants tout en travaillant à la maison. La communauté GEM lilloise c'était réunie le 10 mars, juste avant l'arrêt des événements. Nous avons hâte de réinventer notre façon d'échanger et de vous retrouver !


Marianna Kalmykova Yanovskaya, GEM MBA 2004, WoMen@GEM Director, Sub-regional Controller South/East at TE Connectivity

Je crois fortement que dans les moments sombres il y a de la lumière. Voici quelques pensées/ observation de ma part : 

1) Santé / bien être / environnement 

Dans le cadre de mon poste actuel je dois me déplacer toutes les mois dans autres pays en Europe. Avec le début de confinement toutes mes voyages ont été annulé. J’ai également gagné min une heure par jour de transport maison -bureau - maisons. Par conséquence j’ai plus d’énergie, j’ai plus de temps pour moi et ma famille. Cela a nettement favorisé meilleure intégration de la vie perso et professionnel. En plus, mon empreinte carbone a nettement diminué. J’envisage à privilégier le télétravail à 80%. 

2) Développement personnelle 

En Janvier j’ai commencé la formation de coaching. Le temps que j’ai libéré pendant le confinement m’a permis de suivre cette formation professionnel. Pratiquant la méditation depuis longtemps j’ai lancé des sessions de méditation pour mes collègues et également les femmes de mon association HerCentury pour les aider à travers cette période difficile. 

3) Organisation de vie 

Le confinement nous a obligé à revoir notre mode de fonctionnement quotidien : en famille on a passé à 90% de courses en ligne avec livraison en privilégiant circuit court. Cela nous permet de dégager du temps et également changer notre consommation en privilégiant les producteurs locaux et les produits de saison. Nous envisageons de rester sur le même modèle d’organisation. 


Joanny Rigollot, GEM PGE 2001, GEM Alumni in Paris
Paris, Country Manager France at SAXOPRINT

Dans mon secteur d’activité de l’impression en ligne, au plus fort de la crise les volumes de commande ont été divisés par 10 et aujourd’hui, quasiment 3 mois après le début du confinement, nous peinons à retrouver un niveau d’activité satisfaisant. La faute à la mise à l’arrêt de pans entiers de l’économie fortement liés à la production d’imprimés, de la publicité adressée aux évènements culturels en passant par la communication institutionnelle. La faute également aux coupes de budget sur les postes de dépense non indispensables à la reprise et à l’incertitude dans l’avenir qui découle directement de l’évolution future de ce nouveau virus inconnu.

A titre personnel, j’ai la chance immense que mon entreprise Saxoprint m’ait toujours permis de travailler en home office. Hormis la problématique de la non-scolarisation de nos enfants, nous avons donc été moins touché que certains amis et collègues. Et puis comme en toute chose malheur est bon, cette crise m’a permis une réelle introspection et une réflexion pour mieux retrouver ma cellule familiale, faire le tri professionnellement dans les priorités à venir, faire de la prospective en incluant les évolutions du monde actuel. Une pause donc parfois douloureuse mais ô combien salvatrice.


Séverine Fortin, GEM PGE 2010, GEM Alumni in Singapore
Director - Trade Asia Emerging Markets, Tiffany & Co 

Le gouvernement Singapourien a annoncé que les mesures de sécurité entreraient en vigueur le 7 avril, ce qui nous donne un délai très court pour nous préparer au "disjoncteur", nom local d'un concept qui a été généralement appelé "lockdown" dans le monde entier. Étonnamment, il n'y a pas eu de panique à l'achat par rapport au comportement des gens lorsque tout cela s'est produit en France, en Italie ou en Espagne. Mais pourquoi ? Parce que, pour nous en Asie, il s'agit déjà d'une soi-disant deuxième vague de la pandémie. La première s'est produite en janvier 2020, lorsque le reste du monde pensait encore que cette pandémie était un virus "chinois", dans un monde uniquement lié à la Chine. Et cette première vague a été parfaitement gérée par le gouvernement de Singapour, alors vous pouvez vous demander pourquoi une deuxième vague est apparue si la première a été contenue ? Parce que la deuxième vague est venue directement des personnes revenant des États-Unis et des voyages en Europe principalement. Ce qui a fait réaliser à tout le monde à quel point les gens et les échanges sont interconnectés et liés.

Sur le plan commercial, l'économie a été touchée et il faudra peut-être plusieurs mois avant qu'un signe de reprise ne se manifeste. Le point positif qui ressort de cette étude est que les gens ont commencé à rechercher davantage de connexions et de solidarité positive entre eux. À Singapour, tous les représentants des sections d'anciens élèves des grandes écoles françaises se sont connectés encore plus fortement pour développer rapidement le réseau sous une seule bannière : les initiatives des grandes écoles françaises, en collaboration avec la chambre de commerce française locale et l'ambassade, en développant une plateforme où nous pouvons échanger, partager des informations, chercher des conseils et bien sûr des offres d'emploi. Nous mettons également les gens en contact chaque semaine par le biais de déjeuners-causeries organisés avec des dirigeants de la région qui discutent de divers sujets. Je vous invite à jeter un coup d'œil à notre groupe Linkedin



Clément Dalmay, GEM PGE 2017,GEM Alumni in New York,
Associate EPM Consultant at The Dannon Company, Inc.

Voir la ville qui ne dort jamais s'éteindre en seulement quelques jours est assez troublant. Grand Central ou Times Square qui habituellement grouillent de monde se sont retrouvés désertés.

D'un point de vue social, le confinement n'était pas obligatoire contrairement à beaucoup de pays européens par exemple. La mise en quarantaine et la distanciation sociale étaient laissées au libre arbitre de chacun bien que fortement suggérées. Ainsi, bien que les New-Yorkais respectaient relativement bien les règles, la propagation s'est accélérée malgré tout à cause de la forte densité de la ville. Néanmoins, le port du masque est vite devenu obligatoire dans les lieux publics (transports/supermarchés). 

Ensuite d'un point de vue plus professionnel, beaucoup d'entreprises ont rapidement réagi et imposé le télétravail à leurs employés. Chez Danone, avec Guillaume, nous avons par exemple été en télétravail plus tôt qu'en France (11 mars). Il en va de même pour la plupart des Alumni avec qui j'ai pu échanger. Je pense et j'espère que cette expérience aura des répercussions une fois la crise terminée sur le développement du télétravail à l'heure de l'ère du digital. 

Enfin, un point plus négatif, concerne le licenciement expéditif d'un grand nombre de personnes (ma colocataire). De 3% en février, le chômage est passé à 14% en mai avec plus de 30 millions de chômeurs. Fort heureusement, je n'ai pas eu échos d'Alumni ayant perdus leur poste mais certains qui n'avait pas commencé leur mission ont vu leur embauche gelée. 


Karine Pham, GEM PGE 2005, GEM Alumni in Sydney
JDE Business Analyst at Civeo Australia

Le coronavirus a été pris au sérieux mi-mars a Sydney. Autour de cette période, la plupart des sociétés ont envoyé leurs employés travailler de chez eux. Nous avons de la chance en Australie, car nous avons peu de cas par rapport a la France ou aux USA. Et même si les Australiens sont plutôt relax, cela n'empêche pas le moral d'être bas, surtout pour ceux qui ont perdu leur travail. Le gouvernement a mis en place des aides comme JobKeeper pour les entreprises et JobSeeker pour les chômeurs. Les crèches sont payées par le gouvernement entre avril et juillet. Et ceux qui ont gardé leur travail s'estiment chanceux d'en avoir encore un, même si beaucoup d'entre eux ont vu leurs salaires réduire de 20%.

Concernant le réseau GEM Alumni et les European Aussie Drinks (ex-French Aussie Drinks), nous avons dû arrêter et annuler tous les événements à Sydney et Melbourne depuis mars. Comme nous faisions des événements groupés avec les autres écoles de commerce (French Business School Alumni in Australia) ou les chambres de commerces européennes, nous avions jusqu'à 300 inscrits à Sydney et 150 inscrits à Melbourne. Il n'etait alors plus possible de continuer pour des raisons évidentes de sécurité sanitaire. Nous espérons que lorsque les choses iront mieux, nous serons capables de revenir. 




739 vues Visites

1 J'aime

Commentaires0

Veuillez vous connecter pour lire ou ajouter un commentaire

Articles suggérés

Info

GEM Alumni : Bilan de l'année 2019-2020

photo de profil d'un membre

GEM Alumni TEAM

27 juillet

1

Info

L’équipe GEM Alumni Relations sera de retour le 24 Aout !

photo de profil d'un membre

GEM Alumni TEAM

24 juillet

1

Nominations

Nomination : Morgane Castanier GEM PGE 1997 nommée Directrice de la nouvelle division clients, marketing & technologies à la SNCF

photo de profil d'un membre

GEM Alumni TEAM

23 juillet

1